mardi 19 mars 2013

Michael Owen, d'un ballon d'or à Stoke City




La nouvelle est tombée ce matin. Michael Owen, 33 ans seulement, mettra un terme à sa carrière une fois la saison terminée. Plus que des buts et un ballon d'or, l'attaquant anglais emporte avec sa paire d'Umbro pas mal de regrets et d'interrogations.

Andy Cole, Geoff Hurst et Kevin Keegan

"Big day today. I have decided that this will be my last season as a professional footballer". Pas de conférence de presse, pas d'annonce télévisuelle, c'est via Twitter et ces quelques caractères que l'ex Reds a fait part de son souhait de raccrocher les crampons au terme de la saison.  Une discrétion qui lui va finalement si bien, tant Owen semble n'avoir jamais était en mesure de confirmer réellement tous les espoirs que la nation avait placés en lui. Pourtant, tout laissait à penser que le natif de Chester serait en mesure, comme Geoff Hurst avant lui, de permettre à l'Albion de décrocher une coupe du monde. Gamin au talent précoce et malgré sa petite taille,  Owen impressionne très vite, au point de rejoindre la school of excellence de l'association de football britannique, au même titre qu'Andy Cole, dès l'age de 14 ans. Deux ans plus tard, et bien qu'il supporte les Toffees, c'est avec Liverpool qu'il signe son premier contrat pro, en 1996. La même année, il contribue à la victoire de son club en FA Cup et claque ses premiers pions. Sa vitesse balle au pied et son efficacité face au but lui permettent de très vite s'affirmer et de taper dans l'oeil du manager anglais de l'époque, Glenn Hoddle,  qui l'invite à disputer le mondial 1998 avec les Three Lions. Et bien que cette sélection puisse porter à débat, l'adolescent va vite montrer au monde toute l'étendue de son talent et faire taire les sceptiques, notamment grâce à un but qui le résume parfaitement. En huitièmes face à l'Argentine, alors que le match bat son plein, Owen va profiter d'une ouverture de Beckham pour définitivement gagner le coeur des anglais. Aux 50 mètres, il élimine son vis-à-vis en caressant son ballon d'un extér du droit des plus délicats, passe la cinquième et s'envole. Lancé à pleine vitesse, il met un vent à Ayala à l'entrée de la surface et crucifie Roa d'une frappe croisée. L'Angleterre échouera ensuite aux tirs aux buts, mais le Royaume prend conscience du potentiel du jeune anglais. Trois ans plus tard, c'est la consécration pour Owen qui atteint les sommets et remporte le ballon d'or 2001, suivant l'exemple de Kevin Keegan 22 ans plus tôt. Ces 158 buts en moins de 300 matchs sous les couleurs des Reds vont lui permettre de signer au Real en 2004. Mais là où beaucoup y voient la possibilité pour l'attaquant anglais de franchir un nouveau palier, cette signature va être le déclenchement d'une lente descente aux enfers.

Raul, Alan Shearer et Ryan Giggs

Car comme beaucoup après lui, son passage à Madrid ne va pas lui permettre de confirmer. Pire encore, elle va le détruire. Concurrencé par Raul et Ronaldo (excuse), Owen ne parvient pas à se faire une place au sein du onze titulaire merengue. C'est alors qu'il décide de s'engager en Août 2005 avec Newcastle, avec l'espoir secret de marcher sur les traces d'Alan Shearer. Il n'en sera rien. Avec les Magpies, il se blesse une première fois au métatarse du pied droit, puis se déchire les ligaments avec l'Angleterre pendant la coupe du monde en 2006. La suite, on la connait. Owen n'arrivera jamais à retrouver le niveau qu'il lui avait permis de s'affirmer comme l'un des attaquants les plus talentueux de l'histoire. Il ne fera pas non plus gagner de coupe du monde à l'Angleterre. En vrai, Owen n'a même pas été capable de remporter une ligue des champions, et ne peut se vanter que d'une Coupe de l'UEFA glanée avec Liverpool en 2001, lorsqu'on lui demande d'énumérer ses trophées. Un faible palmarès pour un ancien ballon d'or. Son passage à Manchester United lui permettra aussi de décrocher un titre de champion d'Angleterre en 2011, son premier et unique, remporté à l'age de 31 ans. C'est d'ailleurs avec les Red Devils qu'il fera lever les foules une dernière fois, lors d'un derby des plus chauds gagné 4-3 par United face aux citizens et un but victorieux inscrit à la 96ème, sur une passe de Ryan Giggs. Cette année, avec Stoke, Michael Owen se montre une nouvelle fois discret. Sur le pré à sept reprises, l'enfant prodige du Royaume n'a inscrit qu'un seul but. A 33 ans seulement, il était finalement peut-être temps pour Michael Owen de tourner la page.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire